Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Obili

Pierre Claver Zeng, éternel enfin

19 Mai 2010, 18:21pm

pierre claver zengL'association des étudiants gabonais du Nord de la France a écrit à son membre Ricky. Elle lui présente ses condoléances, auxquelles tous s'associent, à l'occasion du départ de son père, Pierre Claver Zeng Ebome.

 

Inestimable, vivant, inestimable après, inestimable à jamais.

 

Qu’on me laisse pleurer

seulement ce soir et les prochains soirs

je ne voudrais pas les compter

cela m’importe peu

qu’on me laisse rouler ma stupeur le long

du Sentier sans fin que je vais entamer

ce soir et tous les soirs prochains

qu’on me laisse pleurer sans parler

sans crier sans savoir pourquoi

le terrain qui porte le poids de

mon corps qui n’est plus que pleurs

devient meuble à mesure que je lui

pleure dessus

 

C’est que le temps cette fois encore

se penche sur mon œil puis lui

vole une couleur rare, la chromie la plus

fière de mon monde celle que me donnait

le poète chaque fois que j'apposais sur ma langue

son chant du perdreau percussion du tronc d’essi

le temps avance sans m’avertir jamais des tisons

dans mon ventre comme si je me nourrissais  toujours

des brûlures et de ces feux à ma masure

 

Je commence pourtant à manquer de vigueur

des forces qui me restent bien peu daignent encore

escorter les douleurs que je recueille à tout bout d' escale

dans une trouée de forêt où m’attend la vision sage

et acérée d’un ami qui pour moi n'a qu’un mot un sourire

une écuelle et la poignée de main franche avant que l’attente

la patience ne prennent le relais pour mon grand étonnement

 

Qu’on me laisse pleurer ce soir comme je le souhaite

et jusque très tard dans la vie si  tel mon honneur est

car ma mémoire elle aussi consent à reconnaître

la loi millénaire à laquelle mes mains et même

leurs tremblements colère acceptent de se soumettre

désormais je voudrais veiller moi aussi mille saisons

et ma descendance entière le chantonnement discret

délicat de ma sylve natale que lui seul lui seul

le barde l'humble  grillon libéra

 

Ada Bessomo

Commenter cet article