Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Obili

Que veut Israël ?

6 Mai 2010, 18:12pm

Publié par obili.over-blog.com

    Accoutumés comme nous le sommes aux actions guerrières d’Israël, nous nous sentons, à chaque attaque portée contre le peuple palestinien, semblables à ces paumés du petit matin, le visage défait par une cuite assommante. Et nous découvrons toujours avec stupeur la violence à laquelle semble se laisser aller un État dont on dit qu’il est le plus démocratique du Moyen-Orient. Certes, Israël possède les structures déterminantes pour assurer l’expression politique des représentants de son peuple (peut-être d’ailleurs, y a-t-il trop d’expressions car on ne compte plus les « particules » qui, vaille que vaille, constituent les alliances des deux grands partis du pays et qui empêchent une réelle volonté constructive et, surtout, pacifiste de se manifester et de se concrétiser), mais il tend à réunir autour de lui (ou à étouffer) toutes les composantes de la société israélienne dans cette seule direction : la défense de son intégrité (et de ses intérêts), nationalisme, quand tu nous tiens !

 

    Une société démocratique doit laisser extérioriser ses contradicteurs, les opposants ou ceux qui ne sont pas d’accord avec la politique de l’État. Or, que voit-on ? qu’entend-t-on ? Un silence de plomb, un voile de pudicité sur les dommages collatéraux infligés aux Palestiniens. Un juif vaut-il quatre, cinq, ou huit Arabes ? Car, à faire le décompte macabre des victimes de ce conflit répété, on peut aisément indiquer que le rapport des morts est systématiquement de 1 pour 4, ou 1 pour 6, voire plus ( plus d’un millier de morts au Liban pour sauver deux cadavres ) en faveur des Israéliens. Ce n’est pas que je veuille apporter mon soutien indéfectible au Hamas, que je ne porte pas dans mon cœur car les intégristes pour moi sont toujours des intégristes et je convoque à ce titre la décennie dramatique qui a frappé l’Algérie et qui tout récemment, comme un effet d’une séquelle, endeuilla ma famille. Non, l’utilisation des roquettes ou des missiles contre les civils israéliens n’est pas un acte de résistance contre l’occupation (un acte de résistance suppose une stratégie), un kamikaze qui se fait exploser dans un bus ou dans un lieu public, n’est pas un résistant, c’est un désespéré, manipulé par de machiavéliques et morbides politiciens. Ce qui revient à se poser la question de l’existence du Hamas, de ses objectifs, de son credo (encore que là, la vision exclusive et étriquée de l’islam sert de support à sa rhétorique politique).

 

    Il est étonnant qu’Israël, connu pour ses services de renseignements ultra-professionnels (combien de juifs ont l’apparence d’Arabes ou ont trempé dans la culture arabo-musulmane ? Ne sont-ils pas d’ailleurs cousins, selon la Bible ?) et son extra-lucidité en matière de prévision, ait laissé naître un parti de Dieu à proximité, pour ne pas dire dans ses flancs, de ses frontières. N’est-il pas curieux qu’un État prévoyant comme Israël n’ait pas infiltré dès le début ce mouvement dont les influences « hezboliennes », voire « afghanes », étaient manifestes ? N’est-il pas singulier que cet État n’ait pas soutenu les tenants de la paix au sein de l’OLP et de l’Autorité palestinienne ? Israël avait probablement les moyens d’étouffer le serpent dans son œuf. On peut donc s’interroger sur la capacité de l’État juif à vouloir la paix avec ses voisins, à vouloir vivre si ce n’est en symbiose, au moins en harmonie avec le peuple palestinien. Car, de toute évidence, les juifs et les Palestiniens sont condamnés à s’entendre et à vivre ensemble (le Hamas ni l’Iran ne pourraient anéantir le peuple juif s’ils en avaient les moyens, et Israël n’a pas plus capacité à éradiquer les Palestiniens : la haine a ses limites aussi). Alors ? Vivre en état de guerre est une constante d’Israël ? Comme une sorte d’habitude qu’on a peine à se défaire ? Maintenir la pression pour justifier de ses actions guerrières, montrer au Monde que les Arabes sont des sauvages et des indigènes qu’il faut mater avec les coups. Est-ce cela la politique de l’État juif ?

 

    Répondre coup pour coup aux piqûres d’insecte (même si l’explosion d’une ceinture d’explosifs ou d’une roquette est toujours un immense drame pour les blessés ou les survivants), temporiser, ergoter, tergiverser pour ne pas mettre son nom au bas d’un traité de paix et de non agression, négocier sans concession (Jérusalem Est, démantèlement de colonies illégitimes, etc.) comme pour écraser encore ce peuple qui vit en exil dans son propre pays depuis 60 ans ! Où est la démocratie là-dedans ? Et qu’on ne me fasse pas la leçon d’analogie avec l’état de dictature ou de corruption des pays arabes voisins, de l'état d’esprit des gens de la rue ou des politiciens arabes sur leur « haine » des juifs. C’est, en l’occurrence, à Israël de montrer la voie : de servir de modèle démocratique s’il était encore possible. Il est temps que l’État hébreu fasse la ménage chez lui avant de s’occuper de faire le ménage chez ses voisins. C’est en faisant des concessions que les nations se bâtissent. En attendant, des enfants et des mères, des frères et des sœurs, des pères et des fils, se trouvent démunis de tout, périssent les uns après les autres sans que cela émeuve outre mesure l’opinion publique internationale (à l’exception de la rue arabe).

 

    Morrad.jpgEt c’est là le danger : le ressentiment sans cesse remonté des peuples arabes et musulmans contre cette arrogance occidentale dont l’expression la plus concrète est la politique d’Israël. Ressentiment qui forge, jour après jour, les illuminés et les désespérés de demain, lesquels participeront du fossé se creusant encore et toujours, malgré les « Unions » envisagées et les échanges intellectuels, entre les cultures du Nord et du Sud.

 

 

Morrad B.       06/01/2009

Commenter cet article